Témoignage de Rémi Serain – Semaine du 3 au 10 septembre – Improvisation musicale avec Marc Vella

Tableau de coquillage, liste à la Prévert, abécédaire amoureux, delphinien et paresseux… Ou bien ?

· Admirer la danse du piano et de la flute, du piano et du chant, du pianiste, de la flutiste, des pianistes, de la chanteuse
· Admirer les cabines après rangement
· Apprécier le café du midi, même petit
· Apprendre les dauphins pour s’ajuster dans la rencontre
· Apprivoiser le vide, l’obscurité
· Approcher, contourner, suivre, se faire dépasser par les dauphins
· Attendre la cloche du ventre, la cloche de la plongée, la cloche du piano. Détester la cloche de fin de sieste
· Avoir du sel dans les yeux, du sel dans la bouche, du sel dans les larmes
. Avoir préparé son séjour bien depuis longtemps et découvrir ses potentiels
· Boire de l’eau, du thé, de la tisane, du coca, des jus de fruits et pisser dru !
· Bouger son corps avec Cathy, avec Fred, avec délice, avec caprice
· Chanter trop bas, fort, doucement…
· Comprendre les clefs pour apprivoiser ce piano
. Crâcher joyeusement de la salive sur le masque !
· Croiser ou se faire doubler par une dauphin et son petit
· Croiser sous l’eau des femmes-sirènes et des hommes-dauphins joyeux, pugnaces, gracieux, présents et attentifs
· Croiser une tortue, une méduse, une épave, un cône…
· Danser, chanter, méditer, saluer les 4 directions, le soleil, la lune et les étoiles
· Déambuler dans les coursives, sur les ponts, dans le couloir des cabines
· Découvrir le café au gingembre et la cérémonie d’accueil
. Déguster des mets d’ailleurs, d’ailleurs très bons
· Délirer autour d’un punch, d’un jeu de carte, d’une blague salace
· Dormir dans le vent de la clim, sous le vent et la rosée du pont
· Ecarquiller, s’éparpiller les pupilles sur ces bleus d’ailleurs
· Échanger sur nos vies, nos envies, nos blessures
· Entrer en connivence avec un inconnu, lui faire un mot doux (un mot d’où ?), une bise où ? dans le cou…
· Être entre nous dans l’eau avec 5 dauphins et voir débarquer 40 nageurs brailleurs, goproteurs, barboteurs, saboteurs
· Être sidéré par les coraux, les poissons, leurs formes, leurs couleurs, leur nombre
· Faire cercle autour des chiffres, des tarots
· Faire pause parce que bof, ça va pas trop bien aujourd’hui, petit moral, tourista…
· Faire son plus beau bronzage depuis vingt ans
· Fumer face à la mer
· Goûter crêpes, crudités, fruits exotiques, viandes et poissons, sauces avec ou sans ail, tomme,
· Jouer seul, jouer à quatre mains, dans sa bulle, en lien, explorer, se concentrer, s’amuser façon Blues Brothers
· Laisser monter l’émotion, pleurer au détour d’une phrase qui fait écho à nos profondeurs
. Observer le plongeur delphinien qui montre vers quoi l’on peut tendre
. Parler de ses livres, de ses bandes dessinées.
· Philosopher en pianotant, en palabrant, …
. Prendre une douche chaude, salvatrice et sans sel
· Quadriller, distribuer, déguster la mangue juteuse
· Ramasser innocemment quelques coquillages et découvrir les dangers potentiels !
. Râler intérieurement devant les rejets enfumés de la Vela
· Regarder du pont les ailerons qui se montrent, les dos fins qui se présente, les rostres qui brillent
· Regarder les poissons qui restant sous la Vela
· Respirer, aspirer, s’inspirer, inspirer, expirer, oublier qu’on respire
. S’ébahir devant les plats alignés à chaque buffet, les couleurs, les promesses et les surprises. Oui sans ail aussi !
· Se brûler les pieds sur le bois au soleil, rougir au vent fatigant parfois
· Se contorsionner pour naviguer dans la salle d’eau de la cabine
· Se croire dauphin, alors que tortue serait plus juste. Se savoir tortue avec lourde carapace et se connaitre tendre dedans
· Se dépatouiller du masque, du tuba, des palmes, des chaussons, du plombs, de la bave
· Se faire les points noirs, se faire des séances de massages, osthéo, papouillage, câlinage
· Se faire peur dans l’abime en dessous, devant une raie parce qu’on est seul
. Se réveiller à l’aurore et plonger aussitôt
· Se sentir en communication avec un dauphin, une fois, fugace, magique
· Sortir tous ces plus beaux maillots, teeshirt, jupes, torses
· Sourire et baragouiner un anglais approximatif (moi) et communiquer par les signes, les œillades, les rires, les accolades
· Tomber nez à nez face à l’accouplement de dauphins (ma première vision !)
· Vendre ses produits dérivés pour pouvoir garder un lien au lieu, à l’aventure vécue
· Vivre l’accueil des degrés de l’eau, de l’air, du vent, du rhum, de la Vela et son équipage
· Vivre l’attirance-répugnance du clavier qui fait le fier devant nous, qui a traumatisé jadis
· Voir le mouvement de l’eau qui donne l’illusion d’une navigation au long cours… immobile
· Voir passer, se poser, insectes, oiseaux…

Tout ça est frais, tout ça est chaud, tout ça le restera dans le fond du quotidien, comme un lagon intérieur où l’on va se ressourcer, un appui, une tonale, une quinte ! Et revenir un jour, Inch Allah !

Merci, merci dauphins, marins, bateau, participants, animateurs, bleus de la Mer Rouge, soleil, lune et vent du sud.

Bises et Hugh à chacun d’entre vous.
Rémi

Cette entrée a été publiée dans Témoignages. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.